"Sorti du ventre loup, j’ai trouvé une meute hybride. Je dompte tour à tour des oiseaux alcooliques, des gueules de métal ou encore des mobiles acrobatiques."

Au départ, on trouve le loup. J’ai nourri une curiosité pour cette figure équivoque aux différentes facettes. Fascinée par la variété de représentations de cette entité, je me suis laissée porter par ces histoires. C’est par le loup que mon bestiaire commence. J’explore un univers de personnages imaginaires. À la recherche de l’ambivalence. Un bestiaire équivoque, humoristique et inquiétant. J’aime à travailler le métal en suggérant les masses, en laissant place au vide. Par cette double lecture, le martelage se met au service de l’ambiguïté et la tôle devient matière à modeler la gueule de mes créatures.